Licenciement nul : de quel délai le salarié dispose-t-il pour demander sa réintégration ?

Employée dans une clinique au service de nettoyage, une salariée a été engagée verbalement le 15 décembre 2005 mais a néanmoins signé, deux ans plus tard, un contrat à durée déterminée qui a été renouvelé jusqu’au 30 septembre 2008. Victime d’un accident du travail le 5 juin 2008, elle est arrêtée jusqu’en mai 2009. Imperturbablement, l’employeur, à la date de fin du CDD, lui adresse son solde de tout compte et son certificat de travail.

Source : Licenciement nul : de quel délai le salarié dispose-t-il pour demander sa réintégration ?, Jurisprudence – Les Echos Business

Publicités