Dentiste, psychiatre, gynéco : les patients pauvres discriminés par un cabinet sur 10

Les patients pauvres bénéficiant d’une aide à la couverture santé (CMU-C ou ACS) sont victimes d’une « forte discrimination » chez les gynécologues, chirurgiens-dentistes et psychiatres, un cabinet sur 10 refusant de les recevoir en raison de leur précarité, selon une étude publiée par le Défenseur des droits.

Source